La musicothérapie selon Cyndie Buchet!

musicothérapie

 

La musicothérapie, c’est encore une corde « à la guitare » de Cyndie que je ne présente plus maintenant! Vous devez commencer à la connaître puisque je la présente ici et je détaille les séances de « chanter avec Bébé » .

Mais qu’est-ce que c’est, la musicothérapie ?

C’est la prise en charge d’une personne présentant un trouble, une pathologie, un handicap ou tout simplement en recherche de détente par l’intermédiaire de la musique.

Comment ça marche ? Et à qui ça s’adresse ?

Il existe différents types de séances présentant des cadres bien précis. Cyndie les adapte ensuite en fonction des besoins.

La Musicothérapie s’adresse à toutes les périodes de la Vie.

Cyndie travaille sur les grands passages de la Vie, en périnatalité & en EHPAD auprès de personnes en fin de vie.

 

les bébés prématurés et la musicothérapie
De la musicothérapie pour les bébés prématurés

Avec les enfants, Cyndie s’oriente plus sur des séances de rigologie dans lesquelles elle inclut des outils de musicothérapie. Et parfois, elle inclut de la rigologie dans ses ateliers de musicothérapie… une fois de plus, elle s’adapte à la personne et à son trouble.

La demande

Parfois les séances se font sur demande des personnes elles-mêmes, d’autres fois ce sont les services médicaux qui les préconisent pour certaines personnes.

Les types de séances

Elles peuvent être individuelles ou collectives. Certaines sont dites de musicothérapie passive (c’est un média comme un CD qui diffuse un son, une chanson etc…), d’autres de musicothérapie active (c’est “en live”, il y a une “vraie” personne qui chante, un “vrai” instrument etc…) et d’autres encore allient les 2. Plus la pathologie sera lourde, plus Cyndie aime intervenir activement.

Avant toute chose, Cyndie va récolter des informations sur la vie sonore et musicale de chaque personne de sa naissance à aujourd’hui. Cette première séance est très importante pour choisir au plus juste le type de séance adaptée puis ce qui pourra être proposé en séance.

Deux sortes de séances individuelles

1/ L’écoute musicale

Là, Cyndie m’explique qu’elle allume la radio et s’en va :-). Non, on plaisante… Mais alors, comment ça se passe ?

Ces séances s’adressent à tous ceux qui ont besoin de s’exprimer, ou à qui cela ferait du bien de parler (ex : dépression…).

-Dans un premier temps, elle échange avec la personne.

Cela permet de présenter la séance et de mieux comprendre son état d’esprit. Parfois, après la présentation, il y a un petit temps de musicothérapie active par le biais d’une chanson à la guitare ou d’un instrument de musique.

-Puis Cyndie va proposer 3 musiques judicieusement choisies pour amener la personne de l’état où elle est vers un mieux-être.

Elle invite à l’échange verbal après la diffusion de chacune.

La première musique reflète l’état d’esprit de la personne.

La deuxième musique, au contraire, est plus dynamique et peut être dérangeante. Le but est de faire sortir la personne de l’état d’esprit dans lequel elle est.

La troisième musique permet ensuite de « remonter ».

Cyndie doit retenir, noter les réactions et commentaires pour pouvoir s’appuyer dessus les fois suivantes.

-Elle termine la séance par une musique de relaxation une fois de plus adaptée à la personne.

S’il s’agit de quelqu’un de très angoissé, elle propose une musique avec plus d’instruments donc plus dynamique pour ne pas générer de stress.

Il faut composer aussi avec le niveau musical du patient.

C’est plus compliqué avec les musiciens car le cerveau « se met en marche » lors de l’écoute des différentes musiques et cela peut compliquer la détente souhaitée…

Le nombre de séances n’est pas défini à l’avance.

Cyndie arrête quand ça va mieux ou revient à la demande des personnes !

musicothérapie

2/ La relaxation musico-thérapeutique

Ici, il ne s’agit pas de parler mais de se détendre… Le but est le lâcher prise. C’est une très bonne thérapie dans les cas d’insomnies ou de grand stress par exemple.

Cyndie explique le déroulement de la séance et répond aux questions au besoin.

Elle propose alors des musiques qu’elle a choisies au préalable en fonction de ce qu’elle sait du problème de la personne et de sa personnalité.

Elle passe ensuite 4 musiques « selon une bande en U », c’est-à-dire dynamique (pour prendre conscience de la séance), plus lente (pour apporter du bien-être), très tranquille (pour apporter de la détente) et à nouveau plus dynamique (pour l’éveil).

La musicothérapie permet aussi un travail avec les personnes qui sont dans le coma.

Le protocole établi est spécifique à ce type de pathologie.

Il s’agit alors de 3 séances de 15 minutes (avec une pause de 45 minutes) pour laisser le cerveau se reposer.

Dans ces séances, il y a des enveloppements sonores, des massages vibratoires, chansons « en live », des diffusions musicales de mélodies qui donneraient envie de sortir du coma.

Elle a constaté que des personnes accompagnent avec leur voix ou bougent la main !

musicothérapie pour sortir du coma

Les séances en groupe

Combien de personnes?

Le nombre varie selon les personnes du groupe. Pour des personnes très lourdement atteintes d’Alzheimer, 3 ou 4 sera largement suffisant ; en règle général un groupe de 8 personnes est idéal dans les autres configurations, et si les personnes sont en pleines possessions de leurs moyens on peut aller jusqu’à 15.

La trame

Cyndie adapte ses séances au groupe (capacité d’intégrer ou non des consignes ?…).

En voici la trame, sachant que l’on ne retrouve pas toujours les différents points dans le même ordre. Il est en effet nécessaire de s’adapter aux réactions des personnes.

Après une chanson d’accueil rassurante, elle présente un instrument de musique, caché par exemple dans un sac. Un échange permet de travailler sur différentes notions : proportion (est-ce qu’un piano peut entrer dans ce sac ?), champ sémantique (est-ce que des chaussettes sont des instruments de musique ?)…

musicothérapie

L’échange invite à la réflexion et se fait toujours dans un but de valorisation, avec bienveillance.

Cyndie propose ensuite une “manipulation” de l’instrument du jour : Comment s’en servir ? Faut-il souffler dedans etc… Le but est de se rendre compte que l’instrument fait des sons si on le manipule d’une certaine façon… Et que ces sons donnent envie de réitérer l’action. L’objectif n’est pas que l’instrument soit manipulé d’une manière conventionnelle. Par exemple, on ne recherche pas à ce qu’une personne qui découvrirait une guitare pince ses cordes pour produire une son. Elle peut chanter dedans, taper sur la table d’harmonie etc…  La personne obtiendra alors une réponse sonore qu’elle aura sans doute envie de reproduire. Elle aura compris le rapport “geste/son” et qu’elle a entre les mains un instrument de musique.

Cyndie incite à un travail sur l’élocution grâce à de petits jeux: hauteur, intensité, rythme, timbre, qui sont liés à la parole.

Si cela est adapté aux personnes qui ont des troubles du langage, ça l’est tout autant pour les enfants pour qui le langage se met en place ! C’est pour cette raison que Cyndie tient à proposer cette trame musicothérapeutique dans ses ateliers « chanter avec Bébé ».

Cyndie raconte une histoire musicale pour stimuler les connexions inter-hémisphériques (ce qui est très fatigant). Cela peut être une invention d’histoires à partir d’instruments : il faut alors sortir les bons instruments au bon moment. Les histoires sont les mêmes d’une séance à l’autre et une fois comprises, Cyndie passe à d’autres.

Suite à cette histoire musicale (ou en même temps), elle distribue des instruments. Vient ici la capacité de choix (parmi les instruments) ou d’un non choix (certains refusent d’en choisir un). On travaille sur la conscience d’avoir un instrument, la notion du rapport geste/son, la capacité à faire volontairement le geste qui induit le son…

On retrouve aussi dans chaque séance :

L’improvisation sonore (par rapport à un tempo, le fait de faire un dialogue). Si cela ne se réalise pas, Cyndie lance une chanson dynamique qui n’est pas en français ou en chantant « lalala » pour ne pas avoir à décoder les paroles et inciter à bouger l’instrument.

Un enveloppement ou un massage sonore (un instrument qui vibre sous la main).

Et pour finir :

Un chant plus calme qu’ils connaissent.

Une chanson douce (la même sur au moins un trimestre) ou une œuvre relaxante.
Cyndie termine toujours en remerciant les personnes une par une et en leur donnant rendez-vous la semaine suivante.

La durée?

Les séances durent généralement de 30 minutes à 1h.

Maintenant que je sais ce qu’est la musicothérapie, je trouve que c’est un outil formidable ! Et vous, qu’en pensez-vous ?

Pour les informations pratiques, rendez-vous sur son site « Toutemps Musiques », rubrique « musicothérapie » !

Toutemps Musiques Cyndie, musique, musicothérapie

Quelques livres pour en savoir plus :

La voix qui guérit (P. Barraqué)
Bien dans ma voix, bien dans ma vie (A. Durieux/M-J. Cardinale)
De la vie jusqu’au dernier souffle (E. Tromeur)
Le bilan psycho-musical et la personnalité (J. Verdeau-Paillès)
Découvrir la musicothérapie (E. Lecourt)
Musique et cerveau (E. Bigand, M. Habib,V. Brun)
Eveil du bébé au son et à la musique (N. Malenfant)
Etc…

 

Photo de couverture: Cuncon

Photos: Jelly, AliceKeyStudio, Andreas160578, FotoshopTofs

Newsletter et planning de grossesse

Partager

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *